La rate en acupuncture

0

Rate, poumon, coeur, rein, foie. D’où proviennent ces noms qui désignent nos organes tsang? Sont-ils simplement descriptifs où désignent-ils quelque chose d’autre? Nos anciens nous auraient-ils légué autre chose que de simples mots, de simples sons? Auraient-ils mis au coeur de ces cinq noms certains symboles, certaines valeurs, des croyances, des enseignements? Et surtout, existe-t-il des liens avec l’enseignement des textes anciens d’acupuncture?

Première définition dans un dictionnaire médiéval, le lien

La première occurrence écrite de ce mot dans un dictionnaire provient d’un lexique anatomique médiéval du Xème siècle, dans lequel il signifie littéralement « lien ». Ce terme serait dû à l’emplacement anatomique de celle-ci (entre le coeur/poumon et les autres viscères), et les connaissances de l’époque la pensant comme point de passage entre les organes du haut et ceux du bas.

En acupuncture, la rate fait du lien et distribue aux autres organes, des saveurs, des énergies pures… Une des représentations en 5 éléments place d’ailleurs la rate au centre, avec les quatre autres éléments autour. L’énergie circulant sans cesse entre les éléments passe alors par la rate au centre avant d’aller trouver l’élément suivant.

La rate est donc un lien fédérateur pour les autres éléments. En chimie moderne, on sait que l’on doit la vie non aux atomes, aux molécules, aux ions ou aux particules, mais aux liens qui les unissent, à ces liaisons chimiques qui les agencent. Méconnues, les liaisons chimiques sont ce qu’il y a de plus important dans le sens où elles seules permettent aux particules de se former et à la vie de se créer.

On se dilate la rate?

Plus tard vers 1652, elle prend la notion d’épanouir. L’expression se dilater la rate apparaît à l’écrit et prend le sens de faire rire, sens auquel il est encore associé. Ceci vient du fait que la rate était censée retenir de la bile noire, la mélancolie (mélan cola : sang noir), et qu’il fallait au contraire se dilater la rate pour la purifier et mieux vivre. A l’époque, seul le rire était censé pouvoir contrer la mélancolie, ce qui fut associé au fait de se dilater la rate, rire.

En acupuncture, on peut noter que du 15 et du 21Rte, l’énergie iong part au coeur organe, que la rate est liée au méridien du TR en M/M et au méridien du poumon avec le Tae Yin. Quel lien avec le rire? Le rire provoque des secousses diaphragmatiques dans le haut du corps. Il contracte donc l’ensemble du foyer supérieur soit les organes coeur et poumon. La rate est liée aux 2 par l’énergie iong, le tri des liquides, et le Tae Yin. La contraction des 2 organes à l’extrême provoque leur travail profond puisqu’un tsang travaille lorsqu’il est vide. Rire remet donc en circulation forcée la rate avec l’empereur et le maître des souffles. Se dilater la rate apparaît donc un merveilleux remède pour la remettre en circulation et s’épanouir.

Le yi : trésor de la rate

Nous savons aussi que le Yi, trésor de la rate est lésé par la tristesse du poumon, et engendre entre autres symptômes la mélancolie et le fait de parler seul. De même, le shen est lésé par l’anxiété de la rate. Ainsi, pour contrer la mélancolie, le rire permet de remettre en circulation l’énergie rate-coeur, rate-poumon, et rate-TR si l’on rit à plusieurs.

Le rire (qui apporte de la joie au coeur) détruit la mélancolie, ainsi le Yi de la rate n’est pas atteint.
Rappelons enfin que le TR a pour rôle la communication avec autrui et que le rire permet de s’ouvrir aux autres, contrairement à la mélancolie qui est un repli sur soi (mouvement centripète de la rate). Rire permet d’équilibrer la communication en soi avec celle dirigée vers les autres, dans cette relation midi minuit. L’attitude centripète fermée de la rate est contrebalancée par le mouvement du TR, et rire permet à ce mouvement de bien s’extérioriser.

L’origine du mot rate

Il est incertain. La seule hypothèse aujourd’hui est l’emprunt du mot néerlandais « rate » qui signifiait « rayon de miel », dû à une ressemblance avec l’organe propre. Cette expression est intéressante à deux titres (au delà du fait que je cherche encore la ressemblance). La première est que le miel représente la douceur et le sucre, associé à la terre. Le second est que le rayon est la tige qui relie un cercle depuis son centre (la rate). Le rayon d’une roue par exemple permet à celle-ci d’être maintenue et de fonctionner sans casser. Les rayons unifient la roue et lui permettent de rouler, d’effectuer des tours, à l’image de l’énergie qui passe d’éléments en éléments, avec un passage au milieu à chaque étape.

Le spleen anglais…

Le spleen est le mot anglais qui désigne la rate, mot que nous avons emprunté à nos voisins pour définir la tristesse, la mélancolie. L’origine du mot anglais vient du latin splen, et du grec ancien splen, définissant un lien… Ainsi, spleen semble être l’origine du mot occidental le plus cohérent pour désigner la rate organe. Quand à nous, nous avons pris ce mot aux anglais pour y associer une des lésions du YI!

Echouer, rater, se fouler la rate

Proches du mot rate, on trouve les occurrences rater/ échouer : dans l’action, ne pas réussir une entreprise, ne pas réaliser une tâche. Echouer est un des synonymes les plus anciens de rater et signifie être sur l’eau pour arriver sur terre. On retrouve la correspondance entre les éléments Eau et Terre avec le ZHI : l’action juste grâce à un bon placement et une rate efficace. Le ZHI intervient dans le triptyque parler – penser – agir. Echouer c’est ne pas réussir à ce que son ZHI soit efficace, dans la relation entre la Terre et de l’Eau. C’est à dire être bloqué dans les mouvements de volonté / réflexion, ou ne pas être bien centré avec la force des reins pour se tenir debout.

En 1808 apparaît l’expression se fouler la rate, pour faire des efforts, toujours avec cette notion de ZHI. La rate doit faire du lien pour que l’organisme fonctionne et cela demande un effort conscient. Car il y a dans le fait de se fouler la rate une intention très nette, physique, corporelle. Cette expression (de jugement) est d’ailleurs utilisée à la négative pour signaler que la personne n’a vraiment fait aucun effort pour réaliser quelque chose. La rate devrait presque être foulée pour permettre d’avancer dans ses projets, forcée, malmenée, tiraillée, mais sans jamais devenir foulée complètement. Elle prend donc le sens d’un organe naturellement passif qu’il faut fortement mobiliser pour réaliser quelque chose.

Le lien, la connexion entre la Terre et l’Eau sont rompus dans cette notion de rater, il y a quelque chose de cassé, insuffisamment ancré pour avoir la force d’une relation à 2 permettant l’action. Rater est ne plus pouvoir relier ces 2 énergies qui permettent l’action, par manque de force ou par erreur de jugement (selon les autres).

Se mettre la rate au court bouillon

On peut aussi noter que l’émotions de la rate en excès est la réflexion. Elle est très bien décrite dans l’expression : se mettre la rate au court bouillon. Le court bouillon est de l’eau chaude et peut être représenté par le Feu et l’Eau. Cette expression place de force la rate sur l’axe nord sud, Chao Yin, et s’y trouve bloquée. Car si la rate est au milieu de nos représentations des 4 éléments, elle est au centre du Feu / Eau. Elle est donc bloquée dans sa relation rate-rein avec le Zhi, l’action et sa relation rate-coeur avec le SI. Enfermée pour de multiples raisons dans ces 2 relations, elle ne peut plus continuer à faire du lien. La personne est donc figée entre la parole continuelle et l’action qui tourne en rond. Ellene sais plus où donner de la tête, et ne peut plus avancer.

Le mot rate bien caché…

Peu de mots contiennent le mot rate, il se cache néanmoins dans au moins 141 d’entre eux. Il est très répandu en chimie (hydrate, citrate, borate, ferrate… toujours le lien), suffixe très usité et enjoint à de nombreux procédés comme déshydrater, qui consiste à retirer de l’humidité… On le retrouve aussi dans le vocabulaire de la famille (notre terre) avec curatelle, fraterniser. La plupart des mots comprenant l’occurrence rate sont les mots qui finissent en -rateur (administrateur, illustrateur…), en -crate (technocrate, démocrate…qui désignent un groupe) ou commence par frate…

Très peu de mots comprennent le mot rate comme syllabe sans y adjoindre une lettre. Il n’en existe en fait que 3, après avoir retiré 2 noms chimiques (tellurate et urate) et une plante (l’agérate).

On trouve ainsi le pirate qui prend lui aussi un nouveau sens. C’est celui qui au milieu des 4 orients (la rate), propage un message de guerre. Car pi est bien sûr un nombre. Mais indique aussi pour ceux qui se repèrent grâce au ciel, la 16ème étoile la plus brillante. On la nomme Antares, dieu de la guerre!

On trouve également la sourate, qui symbolise un verset sacré. Mais que peut-on cacher sous la rate? Une sourate contient des messages qu’il faut cacher à notre ordinateur central, incapable de les comprendre car sacrés? Des messages inaccessibles par la réflexion, des notions que seul le Chen pourrait entendre, et non la rate comprendre.

Enfin, l’adjectif disparate termine ce triptyque bien particulier. La rate fait le lien, et sans elle, on imagine facilement le désordre entre les diverses parties du corps. Une rate bloquée peut ainsi permettre l’émergence de stagnations. Celles-ci modifient certaines parties du corps pour le rendre disparate. C’est par exemple un oedème sur une jambe, un gonflement du ventre suite à un dérèglement du pancréas, la couche de sang figée qui marque par endroit, des gonflements sur des zones précises…

On s’fait du pied? Pour conclure…

Un simple mot, une histoire déjà riche d’enseignements. La rate en tant que rayon de miel unifie notre corps. Ses qualités de liaisons ont été perçues en Europe comme en Chine. Les français n’ont pas voulu appeler cet organe comme les anglais (ça n’étonnera personne pour l’époque). Ils ont quand même réussi à utiliser la dénomination anglaise pour y introduire la lésion du Yi. Car il est nécessaire de purifier cette rate. Elle a trop tendance à s’encrasser et créer du repli sur soi, de la mélancolie. La rate est nécessaire au fait d’avancer dans ses projets, dans la vie, si l’on ne veut pas échouer. Il nous faut trouver le juste milieu pour se fouler la rate sans se la mettre au court bouillon.

Une dernière occurrence intéressante se trouve dans le testament de Jean Meslier, chap. XIII, édition de Rudolf Charles, t.1, p.81, 1864 :

« Pyrrus (272 av JC) (dit Plutarque), Roi des Epirotes, guérit, tous les Rateleux en leur touchant seulement la rate avec le gros doigt de son pied droit ».

Intéressant de noter qu’un roi puisse guérir en touchant de son orteil la rate d’autrui. On connaît le point de la rate sur l’orteil. Etrange rituel? Pas pour l’énergétique. Une connexion s’établit alors entre la rate du roi et celle du malade. Il relie son propre centre à celui de son patient, et le guérit. Quelle sacrée rate!

Partager sur :

Infos de l'auteur

Jérémie est acupuncteur à Loches, en Touraine. Ingénieur en agro-développement international à la base, il se forme ensuite en marketing stratégique. Il a travaillé en Afrique et en Amérique Latine. Un premier tournant professionnel lui a permis de développer une entreprise de plomberie chauffage pendant 7 ans en Essonne. Passionné de mots, de symbolique, il nous livre aujourd'hui ses réflexions sur les organes.

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.