Une société pathogène: les risques à mesurer

0

Le corps est une forteresse où chaque organe joue un rôle majeur. Au-delà du maintien et du développement de la vie, cette forteresse doit être le garant de la santé, cet état de complet bien-être physique, mental et social. (définition de la santé par OMS)

Si nous connaissons en occident le rôle physiologique de chaque organe, les chinois leurs prêtent une fonction qui va bien au-delà du simple fait physique. C’est ainsi que dans cette forteresse le Cœur va avoir le rôle de Roi.  Il doit éclairer son royaume, le gouverner avec justesse et fermeté. A titre d’exemple, s’il souhaite initier de nouveaux projets ou au contraire, protéger son royaume d’agression extérieure, le Cœur aura recourt au Foie, nommé dans notre forteresse, le général des armées. C’est lui qui mesurera l’ambition de ce dernier et les ressources dont il dispose au sein de son royaume. Il  planifiera les actions à mener. Toutefois, aucune de ces actions ne se réalisera sans l’aval et le support de la Vésicule Biliaire. C’est en  elle que réside l’ultime décision.

Le rôle énergétique de la Vésicule Biliaire

Si peu considérée en médecine occidentale, la Vésicule Biliaire est un organe majeur dans la conception chinoise.  Tous les matins, chaque organe vient prendre audience auprès d’elle afin qu’en fonction de sa propre spécificité, lui soit assigné sa tâche journalière (Chapitre 11 SO WEN).  C’est ainsi, qu’en considération des saisons mais également en fonction d’agression interne ou externe, émotionnelle ou virale, certains organes seront mis au repos alors que d’autres fourniront un effort majeur. A titre d’exemple, lors d’une grippe, toutes les défenses immunitaires seront réquisitionnées alors que la volonté d’entreprendre et de se tenir debout, appartenant aux Reins, sera mise en berne, le temps de la guérison.

Ainsi, la vésicule biliaire est l’organe garant du choix, de la décision et de la mise en mouvement. Elle est fondamentale si nous ne voulons pas que notre royaume soit l’objet de mauvaises orientations, qui finiront tôt ou tard, par mettre en péril notre forteresse et ainsi notre santé tant physique que mentale.

Cette Vésicule Biliaire a, de ce fait, besoin d’évoluer dans un cadre propice à sa fonction de Sage.

Energétiquement Shao Yang, elle est chaleur mais ne doit ni s’échauffer ni se consumer bêtement et pourtant…

Dans une société de consommation, La Vésicule Biliaire est dangereusement mise à rude épreuve.

Rappelons-le, la Vésicule biliaire est l’organe du choix. Sa noblesse réside dans le fait que cet organe est le support de l’orientation que nous donnons à notre vie. La vésicule biliaire doit toujours être en accord avec le Coeur. Si nous réalisons des choix, qu’ils soient professionnels ou personnels, et qu’ils ne répondent pas harmonieusement à ce que nous dicte notre Cœur, une résonance contraire se manifeste. Dans ce contexte, le bonheur ne peut être atteint et la maladie peut s’exprimer et gagner du terrain.

Pour autant, répondre à cette quête d’harmonie nécessite un cadre propice à la réflexion, ce qui n’est pas le cas dans une société de consommation ; la Vésicule Biliaire est sans cesse sollicitée par des futilités, qu’il s’agisse de choisir un programme télé, une lessive ou même une destination de vacances. La Vésicule Biliaire s’épuise, s’embourbe, se cristallise, s’échauffe. Les conséquences pour l’organisme sont majeures.

Une Vésicule Biliaire malmenée atteint le Cœur, dans une loi que les acupuncteurs traditionnels connaissent bien, la loi midi-minuit. Une autre voie, la voie Luo touche directement le Foie, le siège de la colère. Un point important est le point JINGMEN, appartenant au méridien ZU SHAO YANG connecté à la Vésicule Biliaire et dont la singularité, en tant que point Mu, est de nourrir correctement le Rein ; cet organe garant de l’action, de la force vitale.

Ainsi, si les gens ont l’impression de vivre dans une société d’opulence où le consumérisme leur offre une variété de choix infinie, nous en arrivons à cette triste constatation que trop de choix désagrège notre organisme, notre forteresse, notre intégrité, tant physique que morale. Trop de choix est néfaste.

Si ce triste constat est une chose, nous avons le choix de redonner ses lettres de noblesses à notre Vésicule Biliaire. Comment ? En la ramenant dans un cercle vertueux afin de mieux la préserver.

Les principes chinois traditionnels, dans l’idée de prévenir la maladie et de préserver la bonne santé, recourent avant toute chose, aux règles de vie et d’hygiène. Ces principes pourtant vieux de plusieurs millénaires n’ont jamais été désavoués et ont toujours une valeur planétaire.

A titre d’exemples

Se nourrir de ce que la terre offre, en fonction des saisons. Redonner du sens à nos besoins vitaux. Se centrer sur l’essentiel et se dépouiller du reste.

Préférer les marchés régionaux aux supers ou hypers, cuisiner soi-même, élaguer sa garde-robe, ne garder que le nombre de couverts nécessaires à votre plus grande tablée…et retrouver dans chacune de ces activités le sentiment de se faire du bien.  Les actes ont du sens. En épurant l’extérieur, on se fait du bien à l’intérieur. La vésicule biliaire est épargnée, soulagée, elle peut enfin se consacrer à sa mission première, orchestrer notre forteresse selon un projet de vie éclairé et non un projet de vie qui batifole avec la consommation abusive, éphémère qui n’apporte qu’une satisfaction de courte durée, superficielle, toujours avide de renouvellement.

Parce que nous sommes responsables de nos choix, nous avons le choix, ne l’oublions jamais

Cela nécessite de l’effort, cela nécessite de prendre de la distance, cela nécessite de l’imagination, oui et alors? … Alors notre cœur se réchauffe, notre souffle se répand, notre vie s’incarne et s’éclaire…Avant de nous plaindre, demandons-nous si nous avons suffisamment travaillé à notre bonheur. Être attentif à ses choix, les limiter, les mesurer et savoir s’ils sont futiles ou essentiels, c’est déjà une grande clef pour le bonheur, quel que soit le contexte.

Partager sur :

Infos de l'auteur

Karene Bellanger

Après des études d'Art et de philosophie, Karène Bellanger, devient réalisatrice Télé. Puis en quête d'un autre sens à donner à sa vie, elle rejoint le centre Imhotep pour y apprendre l'Art des aiguilles et du feu ; telle était nommée l'acupuncture dans les textes anciens. Installée depuis 2012 à Angers, c'est une thérapeute à la fois passionnée et engagée.

Laisser une réponse