La maladie de Parkinson

0

Sur un plan physio-énergétique

La maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative du système dopaminergique. Elle est caractérisée par une lésion : les corps de Lewy.
Les corps de Lewy sont des agglomérats protéiniques qui se forment au niveau des terminaisons pré synaptiques des neurones dopaminergiques.
Chez l’homme, la baisse d’activité des neurones dopaminergiques entraîne une diminution du mouvement spontané, une rigidité musculaire et des tremblements ; symptômes prépondérants de la maladie de Parkinson.

Si nous nous penchons sur l’origine de la lésion, nous pouvons alors nous poser la question suivante :

« Quel déséquilibre énergétique peut engendrer un agglomérat protéinique au niveau du cerveau et qui plus est au niveau de ce qui régit le mouvement ? »

Les symptômes de la maladie de Parkinson sont donc issus d’une lésion dans le cerveau et dirigés sur les muscles et les articulations :

Qui régit les tissus concernés par la maladie ?

La mer des liquides et des céréales comprend l’Estomac pour l’aspect nourricier et la Rate car elle gouverne la chair et donc les muscles. C’est elle qui s’occupe du transport du sang et de l’énergie jusqu’à eux.
Le Foie est le maitre des tissus tendino-musculaires. C’est lui qui stocke le sang.
Le Rein Yin régit la moelle qu’il héberge dans le tissu de l’os qui la fabrique.

Au chapitre 48 du Su Wen il est dit que si les deux Tsang, Reins et Foie, se trouvent en état d’insuffisance, la maladie incurable apparait.

Le cerveau est la mer des moelles, il est hébergé dans l’os de la cavité crânienne donc sous l’influence du Rein Yin qui est lui-même tributaire du bon fonctionnement de la mer des liquides et des céréales (la Rate) et du Foie,il allie donc la fonction nourricière, le transport-transformation et est source du développement.

Sur le plan des structures fonctionnelles, nous pouvons aussi dire quant aux trois champs de cinabre qu’en ré-harmonisant le diantan inférieur où se trouvent les Reins et en fortifiant le dantian médian où se trouvent la Rate, l’Estomac et le Foie, nous permettons au dantian supérieur où se trouve le cerveau d’effectuer l’essor vers le Ciel Antérieur.

Que disent les textes anciens

D’un point de vue étiologique la maladie de Parkinson peut s’apparenter au domaine « Chan Zheng » qui signifie « tremblement » et « jing Bing » qui signifie « maladie de contracture ».
A cela s’ajoute une autre terminologie : Ben Xu Biao Shi ayant pour traduction « Déficience de la racine et Plénitude de la cime » ce qui nous fait inéluctablement penser aux contre-courants énergétique avec un possible vide de Yin en bas qui crée un contre-courant énergétique vers le haut entrainant la fièvre.
Dans ce cas, il s’agirait de renforcer le bas par le Rein Yin et dissiper la plénitude du haut.

Les tremblements sont assujettis à un fong mettant sur l’avant-scène le Foie. En effet, le Su Wen nous en parle dans plusieurs chapitres dont le chapitre 44 (la paralysie). Il nous indique que la lésion au cerveau pourrait s’apparenter à la fièvre des Reins qui pourrait elle-même s’apparenter à une forme de déshydratation car au vu de ce qu’il se passe dans le restant des moelles du corps, le cerveau en tant que mer des moelles peut se voir souffrir tout autant de cet assèchement.
Ce chapitre met aussi en avant le Foie en excès de chaleur pour évoquer la paralysie.
Il nous dit que la paralysie des tendino-musculaire provient du Foie, de la fatigue sexuelle, donc d’un épuisement du Rein Yin entrainant un excès de yang, d’où très probablement cette fameuse fièvre du Rein et un épuisement de l’énergie de l’essence régie par l’Estomac.

Le chapitre 44 nous dit que la paralysie se traite :

Par l’Estomac. Cette mère des liquides et des céréales permet d’harmoniser les muscles, les os et les articulations. Or, à cela semble s’ajouter une autre composante, celle de la Rate*.
Par le Tchrong Mo (croise avec l’Estomac au 30 E)
Par l’énergie iong pour le Foie, le Rein Yin et l’Estomac tout en permettant le transport et la circulation donc en travaillant aussi à relancer la Rate.
Il faut harmoniser les vides /pleins et être attentif aux contre-courants énergétiques.

En effet, au chapitre 29 il nous est indiqué que l’estomac permet en effet que l’énergie des eaux et des céréales aille aux quatre membres mais que sans l’action de la Rate, cela est impossible.
Dans le Ling Tchrou au Chapitre 8, le Chen fondamental, il est aussi écrit que : « La rate a pour fonction de conserver et de protéger l’énergie Iong. Au moment où la Rate est en état d’affaiblissement énergétique en entravant la diffusion et le transfert de l’essence de l’eau et des céréales vers les quatre membres, il se produit alors une gêne des mouvements des mains et des pieds et l’état disharmonieux des 5 trésors. »

Bibliographie

Manuel d’acupuncture neurologique, Nathalie Szabo, Librairie You Feng
Ling Tchou, Jean Motte, Centre Imhotep Editions
Su Wen, en trois Tomes, André Duron, Guy Trédaniel
Revues de l’institut Yin-yang

Partager sur :

Infos de l'auteur

Aurélie Milleret

Après un BAC en sciences médico-sociales en 1999, Aurélie Milleret intègre un IUT Carrières Sociales. Elle en sortira en 2004 avec un diplôme d'Etat d'Educatrice Spécialisée. Après plusieurs années passées auprès d'enfants et d'adolescents placés en institutions pour des raisons de négligence ou de maltraitance, elle devient sophrologue avec l'arrivée de sa première fille et commence à travailler en cabinet à ce moment-là. L'arrivée de sa deuxième fille signe elle, l'intégration de l'école Imhotep en 2009. Et c'est en 2015 qu'elle obtiendra enfin son diplôme faisant d'elle une acupunctrice en médecine traditionnelle chinoise.

Laisser une réponse