L’histoire cachée des points homonymes

0

La recherche en acupuncture peut parfois réserver des surprises. A travers cet article je vous propose de vous intéresser à certains points : ceux qui portent le même nom. Ces points sont donnés à la fin du livre VII du Da Cheng. Comme vous allez le constater, ce n’est pas une simple liste, mais 6 couplages de points qui sont donnés.
On peut alors se poser les questions suivantes: pourquoi ces couplages ? Pourquoi portent‐ils le même nom ? L’ordre est‐il important ? Que nous cache ces points ?

Ces points les voici :

Que remarque­-t­-on ? Ils ne sont pas complètement identiques. Ils portent certes le même nom, mais chaque point est précédé par un idéogramme qui détermine sa localisation.
IL y a 5 idéogrammes différents qui indiquent où se trouvent les points :
Zu : vous l’avez reconnu, c’est le pied, le même idéogramme qui désigne les méridiens du bas du corps. On constate en effet que tous les points de la 3ème colonne se trouvent tous sur le membre inférieur.
Tou : la tête,
Fu : le ventre, c’est là d’où l’on vient.
Bei : le bas du dos
Shou : la main, le même idéogramme que les méridiens du haut du corps. On peut donc dans un premier temps déduire que chaque couplage de points associe un point «en bas» et un point «en haut», ou bien un point «racine» qui nous relie à la Terre et un point « ramure » au Ciel.
Mais s’ils portent le même nom, ces points ont­ils la même action ?
Si tel est le cas, on comprend bien l’intérêt d’avoir des points éloignés sur le corps. En effet, dans le cas d’une pathologie aiguë il est recommandé de piquer en premier à distance, alors que dans le cas d’une pathologie chronique on commence le traitement par un point local.

1er couplage

15VB Tou Lingqi
41VB Zu Lingqi
Gouverne les pleurs

2ème couplage

11VB Tou Qiaoyin
44VB Zu Qiaoyin
Cavité de la tête/Emet vers le yin
Vallée de libre circulation

3ème couplage

20R Fu Tonggu
66V Zu Tonggu

4ème couplage

3TM Bei Yangquan
33VB Zu Yangquan
Barrière yang

5ème couplage


10GI Shou Sanli
36E
Zu Sanli
Trois distances

6ème couplage

13GI Shou Wuli
10F Zu Wuli
Cinq distances

Pour le savoir intéressons‐nous d’un peu plus près à leurs idéogrammes et à leur champ d’action.
Pour chaque couplage de points je reprends les idéogrammes communs.

1er couplage

: 15VB/41VB Lingqi – Gouverne les pleurs
临Lin : abaisser son regard, gouverner
泣Qi: c’est le même idéogramme que le 1E, c’est l’homme debout qui pleure silencieusement, qui prend la succession. Ces deux points ont une action commune sur la fonction lacrymale, ils permettent d’éclaircir les yeux, d’agir en cas de douleur, rougeur ou sécheresse de l’œil. Mais qu’est‐ ce qui explique leur action sur la fonction lacrymale ?
Ce sont des points de la VB, Fu du Foie, dont les larmes sont l’humeur. Le 15VB est constitutif du Yang Oé mo et croise surtout avec la Vessie ce qui permet d’envisager de lui associer le 1V qui est incontournable pour toutes les pathologies oculaires. Le 41VB est le point Iu de la VB et point clé du Tae mo, qui on le sait, croise le Tching Pié du Rein. Il est à noter que par la richesse de ses fonctions, le 41VB a un champ d’action beaucoup plus large que le 15VB et englobe toutes ses indications. Ces deux points ont donc un lien étroit avec le Rein et la Vessie qui ont un rôle important dans la gestion des liquides du corps, ce qui explique qu’ils aient une action sur les larmes. Dans le cas d’un dysfonctionnement de la fonction lacrymale, on pourra soit choisir le 15VB en cas d’atteinte chronique puisqu’il est local, soit le 41VB en cas de crise aiguë. Mais l’association des deux points pourrait s’avérer intéressante pour renforcer cette action commune.

2ème couplage

: 11VB/44VB Qiaoyin – Porte yin
窍Qiao : émettre de lumière, ouverture, cavité
阴 Yin : c’est le principe féminin qui s’unissant au yang donne naissance aux êtres, les conserve et se trouve en eux pour les constituer.
De nombreux ouvrages, dont L’esprit des points de Philippe Laurent, traduisent différemment ces points : 11VB est traduit par « Cavité de la tête » et 44VB par « Emet vers le yin ». Cependant, le Deadman* donne une traduction qui me semble plus proche de la signification des idéogrammes : le 11VB est traduit par
« Portes yin de la tête » et le 44VB par «Portes yin du pied». Cette traduction respecte non seulement l’indication de localisation (différence haut/bas), mais également le fait que ces deux points portent le même nom.
Ce ne sont certes pas de vrais points « portes » (Men, porte à 2 battants et Hu porte à 1 battant), mais on retrouve l’idée d’une ouverture à travers laquelle la lumière et le yin peuvent passer. Ce couplage a principalement 2 grandes actions :
‐ Une action sur les orifices de la tête et les organes des sens en y apportant du yin correct.
Ces 2 points sont en effet indiqués pour les douleurs oculaires (Foie), les acouphènes et les surdités (Rein), les troubles de mobilité de la langue (Cœur), les problèmes de bouche (Rate). Ces troubles sont souvent dus à une montée de yang trop importante et le 11VB et 44VB, même s’ils appartiennent à un méridien yang, ont la capacité de faire passer le yin par ces orifices.
‐ Une action sur les douleurs costales (trajet de la VB) et les contractures des tendons des 4 membres (système Bois). On le sait, l’une des fonctions du 44VB, point Ting, est d’agir sur les plénitudes sous le cœur, mais aussi sur le système tendineux musculaire en tant que point de départ du Tching kan. Il est intéressant de voir que le 11VB a les mêmes indications, ce qui encore une fois permet de choisir ou d’associer ces points selon la nature des troubles (aigus ou chroniques), ou la volonté de travailler sur la racine ou la ramure.

3ème couplage

: 20R/66V Tonggu – Vallée de libre circulation
通 Tong : c’est le vase tripode qui permet de communiquer avec les esprits. Avec la clé
du mouvement il prend le sens de communiquer, de circuler sans entrave.
谷Gu : c’est le ravin profond, le torrent.
La traduction de ces points parle d’elle‐même : « Vallée de libre circulation ». Ces deux points permettent d’agir sur les contre­courants, qu’ils soient alimentaires ou énergétiques. On les utilise en cas de céphalées (montée incorrecte de yang), de plénitude thoracique (contre‐courant des glaires au niveau du Poumon), de vomissements (contre‐ courant alimentaire de l’Estomac).
Le 20R est situé au même niveau que le 13JM « Estomac supérieur », juste à la limite entre le foyer moyen et le foyer supérieur. C’est sans doute la raison pour laquelle les points situés à ce niveau (13JM‐20R ‐20E) agissent sur les contre‐courants du foyer moyen vers le foyer supérieur.
Le 66V associé au 20R, va renforcer l’idée de faire circuler par sa fonction Iong.
Si l’on pousse un peu plus loin la recherche, d’autres points contenant le même idéogramme Tong sont intéressants à associer par rapport à la libération de la circulation énergétique.
‐ Le 5C Tongli d’après ses idéogrammes fait circuler (Tong) à l’interne (Li). C’est un point Lo dont les pathologies sont la contraction du diaphragme en plénitude et l’impossibilité de parler en vide. Par son action d’apaisement du Chen, le 5C permet ainsi de libérer la parole (car seul un Cœur en paix peut s’exprimer correctement), mais il permet aussi de libérer la charge émotionnelle qui bloque le diaphragme. La libre circulation interne est ici essentiellement émotionnelle.
S’il fallait coupler le 5C, je le ferai avec le point le 7V. ‐ Le 7V Tongtian est aussi un point de circulation, mais plutôt au niveau de la tête
(Tian). Il est d’ailleurs indiqué pour dégager tout ce qui l’obstrue : le nez bouché, les céphalées…Mais le 7V va aussi au cerveau, là où siège l’esprit. Le couplage 5C/7V pourrait donc être envisagé pour libérer le foyer supérieur physiquement et psychiquement car toute manifestation ou tout blocage physique a souvent son origine dans un déséquilibre émotionnel qui a perturbé le Chen.
Deux autres points portent le même nom, toujours avec l’idéogramme Tong : 19R et 8TR ont le même alias, Tongguan, « Barrière de communication ». Leur association ne semble pas évidente. Le 19R aura plus une action sur l’Estomac (il se trouve au niveau du 12JM), alors que le 8TR (Lo de groupe) a une action locale (douleur du bras) et sur les organes des sens (surdité, perte de voix).
‐ Le 19R serait très intéressant à associer au 20R si son couplage avec le 66V ne suffisait pas. Non seulement c’est un point barrière (Guan), mais en plus c’est un point de circulation (Tong) ce qui ajoute à son efficacité. Et l’on sait que piquer deux points constitutifs renforce encore plus leur action commune.
‐ Dans la même dialectique, j’associerai le 8TR aux 7V/5C pour libérer le haut du corps, la tête en particulier, surtout quand un esprit perturbé a occasionné des troubles au niveau de l’élocution, du nez et des oreilles.

4ème couplage

: 3TM/33VB Yangquan – Barrière yang
阴 Yang : c’est le principe mâle qui s’unissant au yin donne naissance aux êtres.
关 Guan : c’est la barrière, les organes vitaux ou les organes des sens.
Ce sont deux points barrières qui agissent sur le blocage du yang. Leurs indications ne sont pas tout à fait identiques, mais leur action va dans le même sens.
En effet, le 3TM débloque le yang au niveau des lombes afin qu’il circule vers le bas, ce qui permet d’avoir une action sur la libération des genoux. Il agit également sur le petit bassin en amenant du yang aux niveau des organes génitaux. Le 33VB quant à lui n’est pas aussi riche au niveau de ses indications. Il ne concerne que le genou.
Mais pour aller plus loin, on pourrait envisager d’utiliser Le 3TM et le 33VB en cas de blocage des barrières yang aux pouls. Un lumbago, une impuissance, des genoux bloqués peuvent d’ailleurs se manifester au niveau des pouls par des barrières bloquées qui illustrent une mauvaise circulation entre les foyers.
Les barrières yang sont citées, mais les barrières yin existent‐elles ? Il est étonnant de voir que le Da Cheng n’en fait pas mention. Pourtant elles existent !!!! Ce sont le 12R et le 36V qui ont chacun un alias : Yin Guan. Leurs indications sont à rapprocher du 3TM. Alors que le 3TM amène du yang au niveau des organes génitaux, les 12R et 36V amènent du yin. Le 36V, comme le 3TM permet également de libérer les sciatiques mais en levant une barrière yin.
De même que les barrières yang étaient à envisager pour débloquer les pouls, on peut appliquer le même raisonnement pour le 12R et le 36V dans le cas d’un blocage des barrières yin aux pouls.

5ème couplage

: 10GI/36E­ Sanli – Trois distances
三 San : c’est le nombre 3 qui représente le Ciel, la Terre et l’Homme.
里 Li : la mesure, ce qu’il y a à l’interne. C’est le même idéogramme que le 5C, vu plus haut, mais également le même que le 6ème couplage (13GI/10F).
D’après les idéogrammes, ces 2 points agissent sur la régulation et l’harmonisation des 3 foyers.
Si l’on observe leurs indications, le 10GI est plus intéressant pour les symptômes en haut du corps (maux de tête, de dents, douleurs de bras…) que sur les intestins. Le 36 E quant à lui a un panel d’actions tellement large, qu’il couvre largement l’action du 10GI. Outre leurs indications respectives, ce couplage a donc la capacité d’équilibrer les 3 foyers, que ce soit en superficie et en profondeur. En effet, le 36 E et le 10GI, sont des points du Yang Ming, mais par leur symbolique, ils vont également réguler l’interne (idéogramme Li). C’est également parce que le Yang Ming a autant de sang que d’énergie qu’il a cette capacité d’agir sur ces deux aspects.

6ème couplage

: 13GI/10F – Wu Li – Cinq distances
五 Wu : le nombre 5, comme les 5 éléments et les 5 Tsang
里Li : la mesure, ce qu’il y a à l’interne. Alors que le couplage précédent régulait les 3 foyers, ici les 2 points agiraient sur l’harmonisation des 5 éléments, ou des 5 Tsang. C’est un couplage en tous cas assez étrange. Au niveau des indications, il y a peu de choses communes. Le 13GI a un champ d’action assez large, ce qui pourrait justifier son nom : il a en effet des indications en lien avec les 5 Tsang : toux (Poumon), peur (Rein), vue (Foie), teint jaune (Rate)…La diversité de ses indications est étonnante, car il ne croise avec aucun autre méridien. Seuls ses idéogrammes expliquent son spectre d’action aussi large. Le 10F a des indications complètement différentes et assez disparates : constipation, rétention d’urine, douleur de cuisse, somnolence… Ce ne sont donc pas les indications qui permettent de comprendre l’utilisation de ce couplage. Mais quel est donc le point commun entre le 13GI et le 10F ? La proximité d’une artère ? Le 10F est en effet proche de l’artère fémorale, et le 13GI de l’artère collatérale ulnaire distale, ce qui pourrait justifier son autre nom « Grande interdiction » pour éviter de piquer dans l’artère. Mais énergétiquement, ce n’est pas une raison satisfaisante. D’autres points sont proches anatomiquement des artères, et ils ne portent pas le même nom. 13GI et 10F n’auraient donc que leur nom en commun ? D’après leur symbolique ils régulent quand même les 5 éléments ! Existe‐t‐il des points qui équilibreraient les 5 éléments et qui auraient un lien avec ces points ? Oui les Roé des tissus : 12JM Roe des Fu et 13F (ou 5 E) Roe des Tsang ont la capacité de dynamiser l’ensemble des Tsang/Fu ce qui permet de d’équilibrer les 5 éléments. Et quand on sait que ces points Roe des tissus, répondent respectivement aux Merveilleux Vaisseaux, Yang Oé Mo et Yin Oé Mo, on se retrouve avec un ensemble de points très intéressants pour :
‐ dynamiser et répartir le yin et le yang avec les Oé mo dont le 5TR et le 6MC sont les points clé,
‐ relancer et nourrir tous les Tsang /Fu avec le 12JM et le 13F,
‐ équilibrer l’ensemble dans les 5 éléments avec le 13GI et le 10F. Tous ces points ne sont pas à faire en même temps, mais connaître leur lien permet de les choisir au mieux selon le déséquilibre du patient.

Conclusion

Pour conclure, je voulais juste relever que les 6 couples de points, listés par le Da Cheng, étaient donnés dans un ordre qui n’est peut‐être pas anodin.
‐ En 1er, les 13VB et 41VB qui on l’a vu avaient une action sur la fonction lacrymale. Et l‘on sait que pleurer permet de soulager sa peine, surtout quand le poids, ou la charge est trop lourde. Sans ces pleurs, l’homme ne peut se libérer et avancer sur son chemin.
‐ En 2ème, 11VB et 44VB qui apaisent la tête en amenant de la lumière et du yin. Rien de mieux qu’une tête claire et un Chen en paix pour s’accomplir.
‐ En 3ème, 16R et 66V continuent de libérer l’homme en enlevant toute entrave à la circulation, surtout au foyer moyen.
‐ En 4ème, 3TM et 33VB, localisés aux hanches et aux genoux, lieux du corps souvent douloureux car ce sont des passages souvent bloqués énergétiquement. Les points barrières ont ici toute leur utilité.
Une fois l’ensemble du corps libéré (tête, foyer moyen et foyer inférieur), les 2 derniers couplages vont harmoniser l’homme dans sa globalité. ‐ 5ème couplage, 10GI et 36 E équilibrent les 3 foyers ‐ 6ème couplage, 13GI et 10F équilibrent les 5 éléments
Peut‐être que cette liste nous donne des indications sur l’ordre à suivre pour équilibrer l’homme dans son cœur et son environnement. Chaque homme doit accepter son chemin de vie. S’il n’est pas dans son chemin, la maladie apparaît. C’est pourquoi la première étape passe par les pleurs pour accepter la charge qui lui est donnée à la naissance. Ensuite selon les aléas de la vie, des blocages vont s’opérer à différents niveaux, et la connaissance de l’ordre de ces points permet de les choisir de manière beaucoup plus consciente par rapport au cheminement proposé : accepter son chemin, avoir la tête et le cœur en paix, libérer le corps de toute entrave et de tout blocage au niveau des foyers pour ensuite harmoniser les 3 foyers et les 5 éléments.

*Manuel d’Acupuncture de Peter Deadman et Mazin Al‐Khafaji

Partager sur :

Infos de l'auteur

Claire Bergereau

Claire Bergereau est : - Professeur des écoles avant de reprendre des études en 2010 au Centre Imhotep. - Diplômée du Centre Imhotep en 2014 - Présidente du SYNAT en 2016.

Laisser une réponse